Vendredi 13 novembre, #tableouverte chez Verjus

Les Parisiens bien informés le savent. Avoir une réservation chez Verjus est chose impossible à moins de s’y prendre plusieurs mois à l’avance ou d’avoir souscrit à une conciergerie VIP bien introduite. Moitié par snobisme, moitié par impuissance, on n’avait même pas essayé. Alors autant vous dire que quand l’occasion s’est présentée sur un plateau un lundi matin, on a biffé dare dare notre planning du vendredi suivant. On avait même checké le menu deux jours avant histoire de préparer nos papilles à ripailler. Bref, on était au top.

IMG_3548

On s’en faisait une fête. Tout simplement parce que ca devait être une fête. Effacée la fatigue accumulée, oubliée la fugace tentation d’un ciné-Mcdo – dodo, on allait rire, trinquer, parler fort et se raconter des histoires. Parce qu’on sentait aussi que cette soirée allait être un peu spéciale, un peu paillettes et lumineuse aussi. Parce qu’on était juste bien et heureux d’être là. Parce qu’on se sentait en vie, et avec beaucoup d’envies.

IMG_3540

Je ne me souviens pas du menu. Je me souviens d’une ambiance tamisée, d’un cocon ouaté, de bouquets de fleurs blanches. Je me souviens que les verres s’entrechoquaient, que les tables autour riaient, que les conversations pêle-mêlaient l’anglais et le français, avec des pointes d’accent canadien. Qu’on parlait Vancouver, San Francisco et Paris, judo et arrondis. Que le couple d’à côté fêtait son Facebook birthday – quatre ans déjà  – et qu’on fêtait nos un jour. Je me souviens qu’on avait ri d’un amuse-bouche au céleri, délaissé une poêlée de champignons, picoré un confit de canard au chou et ignoré un dessert à la poire. Et je me souviens qu’on s’était raconté des histoires.

IMG_3551

Et puis on a su.

IMG_3558

Etrange décalage. Par la fenêtre, on voyait les spectateurs sortir du théâtre du Palais Royal le sourire aux lèvres, une cigarette à la bouche, profiter de la douceur de la soirée et commenter la pièce. A l’intérieur, les rires n’ont pas cessé, le service a continué avec la même gentillesse et la même attention. On n’a pas vraiment eu le temps d’avoir peur ; pour ça, il aurait fallu réfléchir. L’urgence, c’était de joindre ses proches. Et puis rapidement, l’urgence, c’est devenu d’attendre.

Attendre de savoir. Attendre de pouvoir sortir. Attendre que Paris s’éveille. Attendre de pouvoir rentrer à la maison.

Je me souviens que cette nuit là, au sous-sol de chez Verjus, on a beaucoup ri, on a trinqué à tout, on a parlé très fort et on s’est raconté beaucoup d’histoires. Parce qu’on se sentait en vie, et avec beaucoup d’envies.

Où: restaurant Verjus, 52 rue de Richelieu, 75001 – 01 42 97 54 40
Merci est certainement un mot trop petit pour l’accueil, le calme et la patience de l’équipe ce vendredi soir. We’ll be back. Et on trinquera.

Quand : un vendredi 13

Avec qui : les Parisiens

A vos pieds : demain

Dans votre Ipod : les nuits parisiennes, Louise A.

IMG_3555

 

2 Commentaires

  1. adrienne boutang · · Réponse

    aaaaaaaaaaaah she’s back!!! Cool!!

  2. « ‘Parce qu’on se sentait en vie et avec beaucoup d’envies 🙂 »

    Il est joli, ton billet, ma BS.

    xx

    Date: Tue, 17 Nov 2015 16:03:44 +0000 To: sophie-lucile.moreau@hotmail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :