Chez Maryse : ici, la France ne connait pas la crise

Maryse n’est pas ma tante, Maryse n’est pas un monument historique comme on en trouve en Dordogne, ni une table renommée de la région. Non, Maryse, c’est un concept, Maryse, c’est  un lieu de mémoire, Maryse, c’est la France qui se lève tôt, la France qui travaille toujours plus sans pour autant gagner plus. La Corrèze, ce n’est peut-être pas le Zambèze, mais Chez Maryse, c’est le Flagship de l’estaminet, le Colette des bars tabac de campagne. Bar tabac oui, mais aussi épicerie, dépôt de pain, point presse, relais colis, permis de pêche, syndicat d’initiative, borne UGC, petites annonces matrimoniales, potentiel Mont de Piété et surtout lieu de convivialité.

P1030163

 Située au carrefour avec la D12, Maryse fait le pont tous les jours. Pourtant elle  n’a pas attendu que la Pentecôte devienne journée de solidarité pour offrir sa gentillesse au microcosme électoral de 7 à 97 ans.  Pour ceux qui viennent ici, la « fracture sociale » n’est qu’un vague thème de campagne d’un ancien Président, pourtant lui aussi corrézien.  Maryse, c’est du lien social en pelote tricoté au point mousse, une association sans statut et pourtant reconnue d’utilité publique, a commencer par la  DG Regio qui lui a versé des subventions pour organiser des « after » limousins sur sa terrasse en béton: depuis la création du FEDER, on n’avait jamais vu un tel taux d’absorption pour une buvette.

P1030145

Chez Maryse, c’est la plaque tournante de l’info, le dealer de scoops, l’IFOP en province, l’antenne locale de la rue des Saussaies. Ici, les RG, ce sont vous, moi, ce sont ce couple néerlandais venus à pied du camping et cette équipée de pêcheurs à la mouche revenant d’une matinée passée mi-cuisses dans la Maronne ou encore ces agriculteurs qui une fois le bétail mis au vert, viennent se récompenser d’un coup de rouge.

P1030157

Il suffit alors de tendre l’oreille pour sentir le pouls de la vallée et étouffer un sourire discret à l’enchevêtrement des conversations : « Tiens, Jacky a vendu sa R5. Sa mère est morte. Remarque, elle a eu une belle vie. 25 ans pour une voiture, c’est pas si mal.  T’aurais pris des sièges en cuir toi ? Va falloir penser à tondre avant qu’il ne pleuve. Tu vas toujours chez Jacqueline la coiffeuse ?» Bref, c’est entre « Nous deux », « Modes et travaux » et « Le nouveau Détective ».

P1030162

Quand le portable n’existait pas, on allait chez Maryse, sûrs et certains que le message parviendrait à son destinataire dans la journée. Mais à l’heure des IPad et autres tablettes, on continue tout de même de faire le pigeon voyageur, ne serait-ce que pour le plaisir de commander un Birlou bière et de lire la Vie Corrézienne en commençant, comme pour le Monde, par le Carnet. On y apprend les dernières nouvelles, en observant le nez au vent, le ballet des voitures qui descendent vers le soleil tandis que d’autres remontent en fin de journée les canoéistes épuisés, coups de soleil sur les genoux, bronzage marcel et ampoules aux mains.  Maryse a ses habitués et ceux qui le deviennent.

P1030155

Bref, Maryse, on aime y chercher des cigarettes, les seules Vogues bleues à 30km à la ronde, on y gratte un numéro fétiche, on y savoure un guignolet ou un Orangina bouteille, et on y traine surtout pour se respirer un peu de la France éternelle, cette France en sépia qui l’été venu se colorise de quelques vacanciers et des parisiens revenus au pays.

Maryse, c’est la « Marianne » moderne, bien plus que Catherine Deneuve et qu’Isabelle Adjani réunies. A quand son buste dans les Mairies et son portrait sur les cheminées ? A quand «  Maryse, Présidente » ? Elle a déjà notre suffrage, elle aura sûrement bientôt le vôtre. Jamais deux sans trois ?

P1030154

***

Où : Chez Maryse, Pont de Monceaux sur Dordogne, 19400 Argentat

Quand : Open bar du lever au coucher du soleil. L’inverse est aussi vrai.

Avec qui : Les régionaux de l’étape Dédé, Mimi et Hubert, les connaisseurs Suz’, JL, JD, BS et les amis de passage, Nico, Stéph, Jul’ et tant d’autres encore.

A vos pieds :  no dress code is the new dress code

Dans votre Ipod : J’ai demandé à la lune, Indochine

un commentaire

  1. INGREMAUD ALAIN · · Réponse

    Bonjour, je viens de retrouver grâce à votre plume fleurie, le bonheur de cette vingtaine d’années passées à attendre mon mari pêcheur à la terrasse de Chez Maryse !!! J’ai à nouveau dans la tête la musique des voix à l’intérieur qui se succédaient, le rire de Maryse, le sourire de sa maman qui servait mon café dès le matin (oui, les truites se lèvent tôt !). On voyait passer Dédé et son petit troupeau, Lucie et son vélo, les « delta plane », Kiki et autres, Serge au volant de sa Berlinette !!!
    Les pêcheurs qui s’arrêtaient pour prendre un café et emporter pour midi les bons gros sandwichs au beurre généreux et jambon de campagne préparés par Maryse ! Sans compter à midi, les grandes tablées (assiette ou pâtes au jus ???) suivis, le dimanche, par les parties de belote animées par les anciens.
    Ah quel bonheur, merci encore vous avez ensoleillé mon week-end !!! et à très bientôt chez Maryse, c’est décidé, on revient cette année !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :