La Candelaria : secret story rue de Saintonge

Le vert de la nouvelle devanture est un peu trop bavarois. A priori, ça ne paie pas de mine, et les passants pourraient n’y jeter qu’un coup œil rapide tant ce quartier modeux regorge de spots colorés. Oui, ils pourraient… si la Candelaria n’était justement pas le but de leur promenade.

La Candelaria, c’est un peu le Dr Jekill et Mr Hyde du Haut Marais. Coté rue, une taqueria minuscule (un comptoir, deux tables, trois possibilités), zone de libre échange artisanale; côté cour, un bar à cocktails (de) planqué façon speak easy en maquilla. Pour passer la frontière, même à visage découvert, il suffit de le savoir et de pousser la porte, là, devant vous, juste au fond.

A pile ou face, la Candelaria en vaut la chandelle. De mèche avec le Tom Cruise local, on pourrait passer des heures à l’interroger sur la composition de ses breuvages (toutes des recettes maison, introuvables ailleurs) et sur les différentes sortes de bitters alignées fièrement sur le bar.

Les cocktails sont surprenant d’inventivité et de combinaisons : le Naked and Famous (metzcal, chartreuse jaune, aperol, citron vert), le printanier Jardin de Mémé (chartreuse verte, St Germain, basilic, citron vert, absinthe et blanc d’œuf) et l’incontournable gin tonic, au sirop de tonic home made (on valide). Il paraît que les connaisseurs commandent directement la Guêpe verte (citron vert, miel d’agave, concombre et coriandre frais, tequila infusée au piment). La prochaine fois, on saura.

Pour les assoiffés en équipe, vous pourrez laper la Snakecharmer potion (pisco infusé au thé des fakirs, Chartreuse jaune, citron jaune, bitters et gingerbeer) et si vous êtes plutôt solo, une sol étanchera honnêtement votre soif – la bière, elle, ne ment pas.

Attention, la Candelaria se remplit aussi vite que les verres se vident. La bonne nouvelle, c’est qu’on peut réserver son pilier de bar par internet. La moins bonne, c’est que maintenant, vous aussi, vous savez. Et en sortant, si la faim vous prend, quelques mètres à droite vous permettront de filer direct chez Classico Argentino chercher de délicieux empanadas et du chimichurri de folie. Sur place ou à emporter, vous serez transportés.

Où : 52, rue de Saintonge, 75003

Quand : pour le bar, vers 19 h à l’ouverture ou en fin de soirée ; pour la taqueria, c’est quand vous voulez

Avec qui : Old El Paso, Taco Rabanne, un Conseiller parlementaire fraîchement nommé

A vos pieds : des tropéziennes

Dans votre Ipod : Secret, Madonna

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :