L‘Interallié, l’entre soi du Faubourg Saint-Honoré

Le Cercle de l’Union Interalliée est sans doute, avec la résidence de l’Ambassadeur du Royaume-Uni (pas de hasard, c’est la porte à côté), ce qui se fait de mieux en matière de bon goût parisien un peu suranné. Hiver comme été, le Cercle accueille en ses salons les puissants discrets, les célèbres délicats et les influents raffinés. Le numerus clausus (3300 membres) affiche un chiffre bien inférieur à celui des taxis de la capitale. Mais pour faire partie de ce club très fermé, une plaque ne suffit pas. Il vous faudra soit vous acquitter d’une cotise’ annuelle plutôt conséquente (sans conso) assortie de la précieuse caution d’un des « clubbers », garantie d’une parfaite reproduction sociale, soit plus simplement être convié par un de ses « Membres » bienveillants et non moins supérieurs. Sans surprise, c’est la seconde solution qui nous a permis d’y pénétrer et de profiter, sans honte, des tables dressées dans le jardin en ce soir d’été. Le temps était à l’orage, la soirée fut pourtant délicieuse. Monsieur le Membre, Merci.

Paris-20130802-00238 (2)

Le Cercle a un lourd passé. Créé lors de la Première Guerre mondiale afin d’accueillir et d’offrir les ressources morales et matérielles aux officiers et personnalités de la Triple-Entente, sa seule bataille aujourd’hui est celle du dress code : cravate obligatoire pour ces Messieurs, tenue présentable pour ces dames (sorry, Francky, Zahia style forbidden). C’est donc dans un esprit pacifiste et non moins habillé – noblesse (de robe) oblige – que nous avons rejoint les convives au pied du grand escalier. Le temps de saluer poliment la mémoire du Maréchal Foch, Président du Cercle dans les années 20, nous voilà dans le jardin secret du 33, Faubourg Saint-Honoré, gérania et fontaine compris.

Le service est plus que rompu aux exigences de ses hôtes. Gants blanc, veston noir, l’odeur de la naphtaline n’a jamais été aussi douce à nos narines. « Avez-vous une carte des cocktails? Non, Madame, mais le barman se fera un plaisir de réaliser vos désirs ». Sérieux ? Attendez, on ne se connaît même pas… En mémoire d’Alain et de Romy, nous avons finalement opté pour une piscine agrémentée de Chambord, subtile crème de framboises. Pour un premier rendez-vous, c’était déjà assez audacieux, mais parfaitement réalisé. Tom Cruise n’a qu’à bien se tenir.

La carte est assez directive : menu des Membres à gauche (n’y voyez aucune signification politique, bien au contraire), à droite pour les « à la carte ». Respectant la signalisation, nous avons zyeuté à droite (c’est tout de même plus sûr, l’avenir le dira).

IMG_0840

Pour commencer, un bouquet de Madagascar (lire « crevettes ») sur coulis crémeux au citron : goûteux bien que la bienséance exige de décortiquer les bêbêtes avec couteau et fourchette (note pour plus tard : s’entraîner), minimisant ainsi quelque peu le plaisir. Nos compères en uniforme ont préféré la vichyssoise (no comment) et ont été ravis de cette collaboration culinaire, le Chasse Spleen aidant.

IMG_0837

Arrivés jusqu’à nous sous cloche rutilante, les plats n’ont pas brisé l’accord tacite passé entre nos alliés gourmands. Tournedos de veau sur lit de fèves (sur d’être Roi d’un soir), filet de bœuf maturé 30 jours (soit 22 fois moins que le temps de gestation de l’éléphant : aucun rapport, mais ça donne une idée) et filet de Saint-Pierre, offert comme une médaille sur son coussin de risotto vert, coquillages en breloques. Salut aux couleurs.

IMG_0842

C’est beau mais honnêtement pas non plus transcendant. Les desserts en revanche offrent une jolie victoire au chef. Sans surprise, et raisonnable, notre choix s’est porté sur la meringue aux cerises burlat confites, un grand classique de la gastronomie française parfaitement réalisé. Le chariot de desserts sera pour une prochaine fois. Il faut savoir terminer une guerre.

IMG_0845

De l’addition, nous n’avons vu la couleur, discrétion oblige. Après café et digestif, la promenade dans les jardins a laissé place aux pourparlers. On reviendra, c’est certain, cet hiver goûter la chaleur du feu de cheminée et la douceur des coussins de ce cocon aux parquets cirés. Il nous faudra juste remuer nos membres.

Où : 33, rue du Faubourg-Saint-Honoré, 75008

Quand : Un soir d’été, ce sera parfait.

Avec qui : Nadine de Rothschild, Stéphane Bern, Yves-Thibault de Silguy, Augustin de Romanet et même Jérôme Cahuzac (si, si)

A vos pieds : de jolis talons, mais attention aux graviers

Dans votre ipod :  La Marseillaise (y compris le second couplet)

About these ads

2 commentaires

  1. Jean-louis Langlais · · Réponse

    so chic… what about a "vide grenier"" there ?

    1. T’as raison, leur grenier doit être bien rempli!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 441 followers

%d bloggers like this: